KikouBlog de philtraverses - Avril 2022
philtraverses

Sa fiche

Archives Avril 2022

le déclin et la tentation du vide

Par philtraverses - 03-04-2022 10:43:17 - 3 commentaires

Puisqu'on en est dans le misérabilisme social allons y. 

Sous forme de poème. 

Le degré zéro de la pudeur.

Mon père est mort il y a un peu plus de deux mois,

juste avant Noël. 

Grande douleur, qui a du mal à passer,

bêtement, d'une opération de la hanche, 

qui a mal tourné. Dans une clinique de Toulon.

puis à l'hopital, où aucune réanimation, 

n'a été tentée, sans que la famille, 

soit consultée sur ses volontés.. 

Ferai je un procès? 

J'ai compris alors combien je l'aimais. 

J'ai dispersé ses cendres dans la sainte Baume,

je ne dirai pas où. 

Il aimait tant ce lieu.

Je me souviens de lui, de son sourire, de son ironie.

J'aurai passé ma vie à essayer de me faire aimer par lui.

En vain.

Trop lucide pour être heureux. 

En vain. 

Je sais maintenant que j'ai échoué, à jamais.

puisqu'il a disparu. Comme on dit,

je n'ai pas les bases narcissiques,

pour accepter le déclin, insurmontable.

Ces bases narcissiques, que le père est censé donner.

Vous les gens heureux, bien pensants..,

ne comprenez pas, et me culpabilisez sans cesse,

encore plus.

en me disant que j'ai tout,

pour être heureux.

Quoi, tu as l'aisance matérielle,

un beau métier, 

ton salaire est conséquent,

tu es père de deux beaux enfants,

qui t'aiment, disent t'il,

Gand père et bientôt encore grand père,

Oui, mais voilà, je suis un animal blessé,

je n'ai presque plus rien d'humain,

je ne me reconnais pas dans les autres,

mes semblables,

je me sens étranger, leurs préoccupations,

me sont étrangères,

j'ai l'impression que rien n'est vrai,

que tout est une vaste comédie,

car je n'ai pas les bases, le fondations,

et je n'ai pas rencontré, 

celui ou celle, qui m'aurait réparé,

et mon père est mort et jamais je ne pourrai plus,

obtenir qu'il s'intéresse à moi.

34 ans à exercer un métier,

pour lequel je n'étais pas fait, 

à réglrer les problèmes des autres,

alors que je suis incapable,

de régler les miens,

en vain. 

Pour lui plaire et plaire aux autres, en vain.. 

45 ans de course à pied, 

en vain.. 

Il est loin le temps où je faisais mes footings, à 15 km/h. 

Maintenant je me traine à 12. 

Le déclin est arrivé rapidement, 

je n'ai pas, comme on dit, les bases narcissiques,

 pour accepter ce déclin, 

d'être bientôt un grand père, qui pousse,

la poussette de son petit fils

ou sa petite fille et s'en satisfait, 

voire même, oh miracle, curieusement,

ce qui me parait incompréhensible,

 eh oui, est heureux,

mais lui a les bases narcissiques, 

lui a eu, certainement un père qui l'aimait,

s'intéressait à lui.; 

Moi c'est fini, mon père a disparu,

et je n'ai que l'échec éternel, 

de n'avoir pas su me faire aimer par lui,

d'avoir été le fils, qu'il voulait.

 je n'ai jamais pu panser ces blessures,

 comme ce jour où, au camping,

 il préférait jouer avec les autres gamins du camping, 

plutôt qu'avec moi, Alors, oui,

comment accepterais je le déclin,

 insurmontable, qui guette tout le monde,

entre 60 et 80 ans,

 le toboggan glissant, du temps qui passe, 

avec la maigre consolation,

qu'un champion aura,

le même niveau que moi à 80 ans,

si j'arrive jusque là.. 

comment accepter la chute, 

alors que j'ai échoué à être aimé, et, par conséquent, 

moi qui ne me suis jamais aimé, 

qui me hais même, car je ne suis pas aimable,

 tentation de l'autodestruction,

d'abord sociale, 

me terrer dans l'appartement à la retraite,

loin de tous, 

me cacher, cacher cette abomination,

et, la haine,

 de moi et des autres, qui chaque jour

se fait de plus en plus grande. 

Je n'ai plus envie de guérir, me faire aider, non,

 je suis lassé, usé, juste de ne plus être,

disparaitre, sans mourir, car je suis lache,

me terrer.

Voir les 3 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.03 - 350320 visites