KikouBlog de philtraverses - Mars 2020
philtraverses

Sa fiche

Archives Mars 2020

la résilience, d'une bonne idée à une injonction

Par philtraverses - 27-03-2020 11:12:15 - 5 commentaires

Désolé pour ce billet lourd et dénué d'humour..

Finalement je supprime. 

Je cite siplement un article sur le lien suivant dont je partage certaines dées, certes un peu à contre courant de la doxa et de la pensée dominante actuelles qui veut que chacun soit un guerrier bien que ne s'étant pas engagé dans l'armée:

 http://www.environnement.ens.fr/IMG/pdf/0_ceres_2015_introductionresiliencesociale.pdf

"A priori, la résilience est positive, et un objectif vers lequel il faut tendre. Comment nier qu’il est positif d’être capable de réagir à un choc et de se reconstruire après celui-ci ? Pour autant, les sens que l’on peut donner à la résilience ne sont pas sans implications politiques, éthiques et pratiques. Lorsque l’on prône l’adaptation, prône-t-on une capacité (être adapté et réagir de manière appropriée) ou une propriété (être adaptable et modifier son comportement ou sa nature pour réagir) ? Derrière l’adaptation se cache l’idée selon laquelle les individus et les sociétés devraient être capables de réagir à tout (et ce faisant qu’on peut tout leur faire subir : par exemple, se faire licencier n’est plus un problème dès lors qu’on est adaptable).

"Lorsque la résilience devient une injonction à être adaptable et non vulnérable, elle s’inscrit en réalité dans une idéologie qui fait porter le coût des risques et des catastrophes sur les individus et non sur le collectif. De plus, l’injonction à la résilience peut conduire à une lecture moralisatrice des catastrophes : il y aurait alors des « bonnes » et des « mauvaises » victimes, les victimes résilientes, qui ne se laissent pas abattre et qui restent debout, et les autres.

Il s’agit de se souvenir que la résilience, étant un concept flou, est porteuse de nombreux implicites : à quoi est-on résilient ? quelle est la temporalité de la résilience ? est-on résilient a priori ou a posteriori (est-ce une propriété, ou plutôt un récit que l’on fait de la réaction à la catastrophe ?) ? Enfin, il s’agit de voir que la résilience peut ne rien changer (retour à l’identique, l’état d’équilibre) ou au contraire tout changer (penser le risque de manière systémique et voir la reconstruction comme un apprentissage)"

Un conseil donc si je peux me permettre, lachez prise et ne craignez pas d'exprimer votre desarroi auprès de personnes de confiance, si contrairement à moi vous en avez dans votre entourage. 

Voir les 5 commentaires

l'ennemi public numéro un

Par philtraverses - 23-03-2020 07:34:31 - 7 commentaires

Qui est il, ce quidam, cet hurluberlu, traqué par hélicoptère, drones, comme un délinquant de haut vol, cet ennemi du bon citoyen, confiné et qui l'accepte sans broncher, infantilisé dans son canapé à regarder des séries en boucle et faire des allées et venues entre son poste de télé et sa fenêtre d'où il guette ce que font ses voisins.

Qui est il, cet individu, ennemi du peuple, sur lequel tout le monde tire à boulets rouges, que les voisins regardent passer de leur fenêtre qu'ils ne quittent pas de la journée sauf à de rares moments.

Qui est il ce responsable de tous les maux, propagateur invétéré du virus, qui n'a pas compris les enjeux du confinement, dont chacun affirme qu'il est la seule solution pour se débarrasser du virus sans pour autant qu'aucune preuve scientifique ne l'étaye, vu que ce virus on ne le connait pas et que c'est la première fois sauf en temps de guerre qu'on confine une population entière. 

Qui est il celui à l'encontre duquel il faudrait désormais déployer l'armée ma bonne dame, ce rebelle. Mais que n'a t'on mis en oeuvre de tels moyens pour lutter contre les trafics dans les cités, zones de non droit.. Il faudra s'en souvenir pour exiger de tels moyens, puisqu'ils existent, on le sait maintenant.

Qui est il celui que l'on culpabilise à longueur de journée, tout comme les citoyens, que l'on voudrait mettre sous cloche, comme la belle au bois dormant et réveiller une fois la crise passée.

Oui qui est il: le joggeur ma bonne dame, oui, ce satané joggeur qui ne comprend rien, fait courir un risque à tout le monde en courant seul à l'heure où tout le monde dort, ce joggeur ennemi public numéro un.  

Voir les 7 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.03 - 292314 visites