scénario banal
philtraverses

Sa fiche

scénario banal

Par philtraverses - 05-01-2010 13:02:02 - 4 commentaires

Sa cravate pend lamentablement sur son costume acheté la veille. Il croyait à une promotion quand il a recu la convocation. Il n'avait pas tout lu tant il avait l'habitude de voir le monde avec le prisme déformant de son immense optimisme . Trop sur de sa valeur il ne savait plus lire les mauvaises nouvelles dans le journal et voulait déjeuner en paix le matin. Aussi zappait il les mauvaises nouvelles.

 

(Choeur des bien pensants un peu cru ici je le reconnais :) la misère du monde quelle misère ? j'ai bien assez de travail à rechercher mon bonheur personnel . Culpabiliser c'est bon pour les looser  (refrain deux fois)

 

Lui même a l'impression d'avoir rétréci en une seconde quand on lui a annoncé la nouvelle: celle de son licenciement pour faute grave

 

(ici le choeur des biens pensants) c'est bien connu l'echec l'accident ca n'arrive qu'aux autres . 

 

Il se rappelle quand il était petit que les adultes lui semblaient si grand vu d'en bas. il a l'impression d'être revenu à cette époque. Bien sur son épouse l'a plaqué car il travaillait tard le soir pour avoir cette promotion, pas seulement. il se rappelle comme il était si sur de lui, si cruel, si méprisant avec ses subordonnés comme le sont les gens biens dans leur peau, du moins c'est ce qu'il pensait ..

(choeur des biens pensants refrain: c'est bien connu l'échec n'arrive qu'aux autres.

 

Il ne doutait jamais, n'avait pas peur de l'échec et ne se mettait jamais à la place des autres ou il faisait semblant d'avoir de l'empathie pour paraitre plus sympathique et cacher son inaffectivité naturelle:  l'empathie c'est pour les looser, du mons c'est ce qu'il croyait. Avec les copains, après le travail, il allait au bar du coin et faisait bien rire ses potes en se moquant, gentiment bien sur, de son collègue timide, qui rougissait en baissant la tête devant sa secrétaire qui jouait de lui en croisant les jambes

 

( ici le choeur des bien pensants) c'est bien connu l'échec l'accident n'arrivent qu'aux autres, douter se mettre à la place des autres c'est bon pour les looser  ( deux fois)

 

C'était un macho. il se fichait bien de ce que les femmes qu'il draguait platement pensaient de lui : "vous avez l'heure, on s'est déja vu quelque part, vous avez du feu .." Il ne se donnait aucune peine. Il était fier de sa virilité. Il savait qu'il avait statistiquement une chance sur deux..

A présent c'est à peine s'il ose marcher dans la rue en sortant du bureau de son paron qui l'a licencié.

Pour la première fois depuis tout petit il a l'impression d'être ridicule . le regard d'une fille qu'il aurait trouvée insignifiante autrefois le trouble. Son sexe a rétréci et est à présent celui d'un enfant de 4 ans. 

( choeur des biens pensant) c'est bien  connu l'échec l'accident n'arrivent qu'aux autres se mettre à la place des autres douter c'est bon pour les looser. le but unique de la vie est de travailler pour son bonheur personnel (trois fois en refrain en allant des sopranios aux basses par un mouvement circulaire)

 

Bien sur il a essayé d'obtenir une indemnité aux prud'hommes, c'est à cette occasion que je l'ai vu, mais il a perdu. Il m'avait raconté sa vie avec impudeur . Il avait encore l'assurance de ceux qui croient que tout est bonheur et dont l'humilité est feinte. A présent le loft  qu'il avait aménagé pour sa maitresse, celle imposée par les codes de bonne conduite des cadres supérieurs, est vide. les huissiers ont tout emporté bien sur.

 

(Choeur des bien pensant) c'est bien connu l'échec l'accident n'arrivent qu'aux autres douter se sentir coupable c'est bon pour les looser (trois fois en refrain des sopranos aux basses)

 

Soudain il l'aperçoit, la, son vieux tee shirt gagné au marathon du médoc, il y a 10 ans . A coté sa première paire qu'il avait achetée il y a 15 ans quand il a commencé la CAP. Les huissiers ne l'ont pas pris. Pas de valeur. Alors saisi d'un fol espoir il enfile les chaussures et la paire de baskets usés , sort du loft et se met à courir.

et soudain il se met à grandir et le choeur des biens pensant s'arrête de marmonner et se disperse ( mouvement circulaire autour de la scène) 

 

 

 

 

 

Billet précédent: courir tout simplement
Billet suivant: balade dans les pyrénées à saute lacs

4 commentaires

Commentaire de Rag' posté le 05-01-2010 à 16:36:01

Merci

Commentaire de Mustang posté le 05-01-2010 à 20:26:08

Alors courir, s'il ne reste que cela

Commentaire de Pegase posté le 06-01-2010 à 14:44:55

Waouu

Commentaire de Dom 61 posté le 06-01-2010 à 22:50:30

Bravo , j'adore !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.03 - 304061 visites