harcelement scolaire : j'enfonce le clou
philtraverses

Sa fiche

harcelement scolaire : j'enfonce le clou

Par philtraverses - 10-03-2013 08:09:37 - 5 commentaires

Le harcèlement à l'école : encore tabou. Il est temps que les masques tombent. 

Bien souvent, ceux qui en ont été victimes ne parlent pas, préférant oublier par honte ou pour ne pas souffrir ou, il faut bien le reconnaitre, par manque de moyens intellectuels pour certains . Ils feront, pour beaucoup, des adultes craintifs que tout le monde piétinera, chez eux dans leur propre famille, au travail, sur la route et qui en redemanderont. Ils seront invités à des diners de con ou ils feront l'invité royal..  Le syndrome de stockolm n'est pas loin.  Peu s'en sortiront . 

Quant aux auteurs, dénués de la moindre empathie, ou capacité à se mettre à la place d'autrui, dotés de traits psychopathiques ou pervers, ou sans grande personnalité, pour avoir agi ainsi pour s'intégrer à un groupe ou faire comme les autres, ils reproduiront sans nul doute ce comportement dans leur vie quotidienne, avec leurs enfants, leur femme, ou sur la route, où ils se montreront des conducteurs agressifs.

Ils joueront généralement double jeu, se montrant bon voisins, bon père, bon collègue de travail, bon citoyen par devant et dès que la maréchaussée ou leur supérieur aura tourné le dos, particulièrement odieux et violents. Ils sauront reconnaitre la faiblesse chez les autres. On les retrouvera dans les affaires de harcèlement au travail, ou de harcèlement sexuel, qui replissent les rôles des conseils des prud'hommes et cours d'appel, j'en sais quelque chose par mon métier .. 

Peut être iront ils plus join, devenant bénévoles, pompiers volontaires le jour et, la nuit,.. je n'ose même pas en parler.  

Il est probable, qu'ils ne se feront jamais pincer, ayant organisé toute leur vie autour de la duplicité, qui sera devenu un mode de fonctionnement habituel, presque une science et régira toute leur vie. 

Certains iront encore sans doute plus loin. On s'étonnera un jour de les voir impliqués dans des affaires de viols ou des meurtres de joggeuses, pourtant prévisibles, eu égard à leurs traits de personnalité.

Quelque part je les plains, car s'ils avaient été arrêtés à temps, peut être auraient ils pu évoluer favorablement. Ils ont nourri toute leur scolarité un sentiment d'impunité. C'était tellement jouissif de persécuter un autre élève sans faire l'objet de la moindre punition et passer pour le gentil. Pire, ils arrivaient à faire punir l'élève harcelé, lorsque celui ci se rebiffait, comme le montre l'une des vidéos ci dessous.  

Les statistiquent dient que 10% des élèves font l'objet de harcèlement. Celà signifie que les 90% autres harcèlent ou se taisent, se faisant ainsi complices par action ou omission.

Qu'ils dorment sur leurs deux oreilles, avec le sommeil du juste. 

Il est certain, qu'ils ne ressentiront jamais le moindre sentiment de culpabilité, sentiment qui leur est totalement étranger et qu'ils trouveront toujours de bonnes raisons pour justifier leurs actes. 

On les retrouvera instigateur des séances de bizutage, à l'armée ou dans les grandes écoles, notamment le célèbre "usinage", ou ils pourront exprimer librement toute leur perversité sous couvert des traditions et rites de passage. 

Voici donc la trilogie .   Mais il peut y avoir pire : rackets, actes à caractère sexuels, tels la fameuse "bite au cirage", après avoir coincé l'heureux élu dans les toilettes, toute la classe ou presque regardant la scène..   

Les claques

les injures

 

les rumeurs

 

Allez il est temps de dormir, il y a quelque part un enfant qui pleure et il faut bien enfoncer les boules quies dans les oreilles pour ne rien entendre. 

Billet précédent: prose de la tramontane 1
Billet suivant: circuit des chapelles

5 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 10-03-2013 à 09:10:21

Ce comportement est typique des primates qui se structurent en se hiérarchisant et il s’aggrave avec la puberté. C'est toujours difficile de faire la part des choses quand on est adulte car on n'en voit qu'une petite part. J'en parle déjà à mes élèves de 11 ans car je pense qu'il faut prendre le mal à la racine mais on se heurte malheureusement au QI car il faut un peu de jugeote pour avoir aussi un peu de sens moral.
Ne pas oublier le harcèlement entre filles qui, s'il est moins violent, est d'une cruauté sans nom.
A tous les parents qui constatent un harcèlement sur leur enfant, je conseille une chose : changez-le d'établissement, ces problèmes sont inextricables et difficilement curables si on reste dans le milieu d'origine.

Perso, j'ai connu le problème, étant très petit en sixième (1m30 à la rentrée) et j'ai réagi par la violence, ce qui m'a permis de trouver ma place (j'ai toujours aimé m'attaquer aux plus grands que moi) mais tout le monde n'a pas la méchanceté d'un Lutin et pour les plus doux, c'est très difficile, je l'ai constaté chez mes enfants.

Commentaire de Philkikou posté le 10-03-2013 à 10:25:08

Partagé entre 2 sentiments après avoir lu ce billet :
-D'un côté "Putain, c'est dans ce monde-là qu'on vit !!! Nos (mes) enfants sont confrontés à ce genre de situation .. (et puis d'abord est-ce qu'on sait vraiment quel est leur comportement à l'école ??)
-Et d'un autre j'espère que les instits les profs se sont servis, se servent et se serviront de ces vidéos pour essayer d'en parler à leurs élèves, que les harceleurs prennent conscience du mal qu'ils font, et que ceux qui assistent à ces actes sans rien dire osent les dénocer. En tout cas je pense montrer ces vidéos à mes enfants pour en parler avec elles et voir leur réaction..

Commentaire de Rag' posté le 10-03-2013 à 12:03:32

Ayant travaillé en foyer d'ados, uniquement des garçons, j'ai tenté de raisonner les harceleurs, alerté l'institution, écouté les harcelés. En vain.
90% des harcelés devenaient harceleurs une fois qu'ils avaient trouvé plus faible qu'eux. En 8 ans de foyer, un seul gamin a eu assez de force pour ne pas basculer du côté sombre. Très intelligent. Mais l'intelligence ne suffit pas, d'ailleurs les plus vicieux, les plus cruels étaient souvent les plus intelligents... Non, il faut une capacité d'empathie que nombre d'ados n'ont pas ou ont perdu face à une éducation parentale déficiente.
Harcèlement physique et harcèlement moral, le premier se retrouve plutôt chez les garçons, le second chez les filles; ce dernier, moins visible, fait autant voire plus de dégâts.
Protéger ne suffit pas, il faut éduquer, former à l'empathie. Et ça, c'est pas gagner, à l'heure où notre société magnifie le plus fort, où la loi de la jungle s'est substitué à notre contrat social.
À mon échelle, je fais de mon mieux.

PS: Moi, ce sont les petits roquets qui m'ont toujours fait chier, étant très grand, je représentais certainement une menace à abattre... Pas de chance, plus pacifiste que moi, tu meurs. Plus complexé par ma taille aussi...

Commentaire de philtraverses posté le 11-03-2013 à 11:29:18

merci pour ces commentaires bien argumentés. Pour répondre à ce que dit le lutin, concernant les filles et pour parler à la troisième personne comme lui, emilcioran est loin d'être naif et a vu, en 25 ans de métier, des choses, que même doté de l'imagination la plus débordante le lutin ne pourrait imaginer, ni aucun kikou d'ailleurs, hormis ceux qui travaillent dans la police et la gendarmerie et encore depuis plusieurs années..

Toujours pour parler à la troisième personne comme le lutin, emilcioran hait le vice et la perversité et a choisi son métier comme on part en croisade pour lutter contre le vice et la perversité, qui sont répandus plus qu'on ne croit, tout en restant serein et en sachant faire la part des choses. D'ailleurs il n’hésitera pas à se défausser, s'il estime ne pas avoir la distance et la sérénité qui lui sont nécessaire pour son métier puisqu'il a une éthique et un sens moral aigu.

Bien sur emilcioran craint que son propos ne soit pas compris par les kikous et qu'il soit pris pour un discours de haine, ce qui est tout sauf cela.

Commentaire de Mustang posté le 27-03-2013 à 18:41:40

Même là où on ne l'attend pas, le harcèlement se glisse sournoisement. Récemment, lors d'un déplacement du club avec nos jeunes, une affaire de ce genre a éclaté. Ce qui reste révélateur, c'est le silence, l'absence de réaction voire une lâche complicité du groupe présent.
Cela dit, comme beaucoup au collège et au lycée, étant timide et peu agressif par nature,j'ai subi un peu de harcèlement de la part de quelques individus: ce qui reste, c'est la lâcheté des autres. pour l'anecdote, un de ces harcèleurs, fils de garde mobile -et je l'ai appris grâce à copains d'avant- est devenu colonel de la garde républicaine à l'Elysée!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.03 - 271929 visites