le saint barthelemy a partir de montsegur
philtraverses

Sa fiche

le saint barthelemy a partir de montsegur

Par philtraverses - 28-05-2010 19:09:03 - 3 commentaires

Je prends en ce dimanche radieux de pentecôte le départ vers le saint barthelemy. J'ai besoin , un besoin presque vital, de cette escapade, après être resté enfermé 8 heures par jour au moins dans mon bureau toute cette semaine. Et dire que ce sera comme ca jusqu'à la retraite, si ca existe encore quand j'aurai l'age. Je pars donc de montsegur ce matin vers 7 h30. Le village dort encore.Un chien distrait passe sans me voir..

 

 

 

J'emprunte la traverse qui part au dessus du village et monte au col de montsegur. En face du chateau, de l'autre coté de la route, dans les prés, part un chemin large et raide, signalé par un panneau avec une marque jaune.

 

 

En suivant ce chemin évident j'atteins le rebord de la forêt. Presqu'aussitôt j'arrive à un embranchement. Je prends la branche du milieu, celle qui justement n'est pas fléchée. Sur un arbre les traces d'un balisage jaune. Je continue à monter avec le chemin, qui parfois est à peine visible dans l'herbe. Enfin, assez rapidement, je rejoins la crete aux abords du roc de la gourgue vers 1619 m, avec, en ligne de mire, le saint barthelemy seigneur de ces lieux.

 

Curieusement, après une entrée en matière tonitruante, une fois la crete atteinte, la pente est à présent douce . Je passe à proximité de la jasse, ou bergerie de la taula. Je ne sais si des bergers y montent encore de nos jours.. Jusqu'aux environs de la carrière de porteille la pente est toujours aussi douce à mon grand dam.

 

J'eus préféré quelque chose de plus sportif. Toutefois cette douceur, conjuguée à la largeur du chemin, me permettent de révasser. Quelques névés à présent, vers 1800 m d'altitude,  s'invitent dans le paysage, mais s'évitent assez facilement.


La pente se redresse ensuite vers 1900 m d'altitude. Désormais le chemin est caché entièrement par la neige. C'est une neige dure en surface mais une fois la surface brisée je m'enfonce jusqu'aux genoux.

 

J'utilise comme je peux des sentes dans la forêt pour éviter les endroits les plus pénibles, zizzagant entre les arbres. Vers 2200 m le chemin se repose un peu. La crete s'oriente à présent vers l'est. 150 m sous le sommet la neige n'a pas résisté aux ardeurs du soleil et  le chemin est désormais totalement déneigé.

 

J'atteins ainsi facilement le sommet. A proximité, presque à un jet de pierre, à l'est, le soularac. En contrebas l'étang du diable, encore dans son cercueil de neige.  A l'ouest la crete du fourcat en direction de st paul de jarrat, dont j'essaie de suivre les ondulations, est encore bien enneigée.

 

De même, bien plus bas, face nord, au dessus de la station des monts d'olmes, la neige est très présente, une neige sans doute bien transformée et dure. Je respire à pleins poumons. J'ai mis moins de trois heures avec la neige pour faire ces presque 1500 m de déniv.


Après en avoir pris plein les yeux je me résous à redescendre. Pour la descente la neige transformée et peu fiable me freine assez. Enfin, vers la taula, je peux me mettre à courir un peu. Un coureur de trail avec des lunettes me dépose assez facilement. Je le retrouve un peu plus bas dans la forêt en train de se reposer. Peut être un kikoureur.

 

Billet précédent: le pic de bassibie : les affaires reprennent
Billet suivant: kilimanjaro juillet 2001

3 commentaires

Commentaire de domi81 posté le 28-05-2010 à 20:08:47

voilà des images qui font du bien !!
attention les pyrénées, j'arriveeeeeeeeeeeee !!

Commentaire de RogerRunner13 posté le 29-05-2010 à 20:38:42

Tes images sont toujours une invite à venir découvrir ces fabuleux paysages.

Commentaire de Klem posté le 30-05-2010 à 06:29:16

Récit comme photos sont un régal, merci

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.03 - 304120 visites