queyras vs ariege première partie
philtraverses

Sa fiche

queyras vs ariege première partie

Par philtraverses - 12-08-2013 14:22:27 - 3 commentaires

Me voilà de retour temporaire sur le plancher des vaches. L'objectif cette année était, entre autres, de comparer la technicité des chemins alpins et ariegeois. Et bien sur, de profiter des paysages. Direction le queyras d'abord. Pour commencer un petit trot vers le lac souliers en partant d'arvieux après 5 heures de route en venant de Narbonne. Rien à dire c'est roulant. Presque pas de cailloux.

Le lendemain, départ pour le grand glaiza, tôt, puisque la météo annonce des orages. Lorsque j'arrive à aiguilles, ce pittoresque village est encore endormi. Je me gare sur la place, près de la fameuse fontaine aux bières: pas de bièreEn pleurs.

Le panneau indique 4h30 pour le col du malrif. Plus haut, c'est le domaine de la haute montagne, avec la longue crète qui conduit au sommet.

Très vite le village s'éloigne. Le gr, apparemment peu emprunté et mal entretenu, se perd un peu, mais je retrouve vite la trace. 

 

Plus haut, je passe au dessus de la bergerie du lombard, où un chien, sans doute un patou, fait entendre sa voix. Le sentier, désormais bien tracé, déroule sur l'horizon, s'épanche dans les pelouses, sans un caillou. 

J'arrive rapidement au grand lac du malrif. 

 

Seul un névé, rescapé de l'été, orne le col du malrif à prêt de 2800m d'altitude. Dans les pyrénées en ce moment, on trouve des névés dès 1800m.. 

En montant, le temps change déjà. La météo ne s'est pas trompée.. mauvaise langue, je dirai pour une fois. 

Commence la facile crète vers le grand glaiza. Je n'oublie pas que, par temps d'orage, il est préférable de ne pas se trouver la. 


Sous le sommet, juste quelques névés moribonds.. qui s'évitent facilement. 

Point d'éboulis ici, juste de vastes étendues de schistes, point du tout gênants. C'est roulant. Même à plus de 3000m d'altitude. 

Me voilà facilement au sommet, 3298m, quand même, et sans avoir vu âme qui vive . Malheureusement, le mauvais temps bouche la vue et m'oblige à redescendre. Je ne voudrais pas me trouver sur la crète exposée en cas d'orage. 

Le lendemain, c'est la pain de sucre, autre 3000 facile. Inutile de monter des photos. Inévitablement, le même scénario se répète. Dès la mi journée, de lourds nuages envahissent le ciel et désespèreraient le plus grand photographe.  

Il en sera aussi ainsi pour la pointe joanne, 3000 facile italien, imposant une longue marche d'approche languissante, via le col de valente, bien enneigé curieusement celui ci. 

Me voilà, un autre jour, à la mortice sud, autre 3000 facile, dont j'ai choisi également de parler, à la limite entre l'ubaye et le queyras. 

 

Départ du refuge de basse rua. Après une montée assez rude mais facile, me voilà à un petit collet, confluent d'itinéraires.

 

Le col de serenne, embouchure de vastes prairies calmes, s'ouvre au loin. Ca va être long. Si le mot roulant a un sens, c'est ici qu'il le prend.. 

 

Enfin, après avoir atteint les limites du désespoir, me voilà au col, large, paisible. 

 

Une sente cairnée part sur la droite, en direction du lac des neuf couleurs, but de beaucoup de randonneurs.

Au dessus, les choses sérieuses commencent. Quelques sympathiques cailloux, pas bien gênants et un névé pentu, mais mou, à franchir. Une touriste hésite. Me voyant passer en baskets elle s'enhardit et, après que je l'ai encouragée tandis que son conjoint s'éclipse,  passe à son tour. 

Plus haut, sous le sommet, une vaste zone calcaire karstique, l'équivalent de ce qu'on voit dans les pyrénées à la pierre saint martin ou au mont perdu.

Le sommet est atteint facilement en louvoyant à travers les névés mous ou le pied s'enfonce. 

Après quelques temps passés au sommet,il est temps de redescendre, les nuages arrivant déjà.

Mon périple au queyras continue avec d'autres 3000 faciles, la pointe de saume, la turge de la suffie..

Première conclusion: il y a des sentiers partout dans les alpes, même non marqués sur les cartes.

C'est très exactement le contraire dans les pyrénées et, particulièrement, en ariege.. 

Billet précédent: circuit des chapelles
Billet suivant: queyras ariege suite

3 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 12-08-2013 à 16:39:25

toujours aussi admiratif de tes pérégrinations montagnardes

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 12-08-2013 à 18:24:49

J'en étais sûr, dès qu'on parle des montagnes, le Mustang rapplique !
Continue, on aime ça ...

Commentaire de Philkikou posté le 15-08-2013 à 11:56:28

Que c'est chouette de tutoyer les sommets !! ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.03 - 271849 visites